QRLe témoignage de Quentin Regnault

Prépa de septembre 2008 à juin 2010 — Entre à Supméca Paris en septembre 2010.

Il y trois ans, après l’obtention du bac, je suis arrivé en prépa TSI au lycée du Hainaut. Je dois avouer que c’est un peu dû au  « hasard » : je n’étais pas allé à la présentation faite dans mon lycée et ne savais donc pas ce qu’était la prépa. Quand il a fallu faire les vœux post-bac, on m’a dit – merci Gaylord – qu’on pourrait devenir ingénieur, que c’est de la mécanique (j’étais en bac génie-méca), que ça avait l’air pas mal, etc. J’ai donc ajouté la prépa TSI dans ma liste de vœux, et quelques semaines plus tard je l’ai classé premier.
Septembre 2008, j’arrive au lycée du Hainaut avec deux camarades de terminale. Dès le premier cours, nous avons compris ce qu’allait être ces deux ans : beaucoup de travail. Tous les trois nous nous sommes demandé ce qu’on faisait là et si on était à notre place ! On avait l’impression que le travail serait insurmontable et que nous serions dans les derniers. Une semaine après la rentrée, un de mes camarades du lycée, et un ou deux autres élèves, ont décidé de partir, les premiers cours les ayant démotivés. Cela a apporté plus d’interrogations encore, mais je suis resté en me disant que ça irait et que, au pire, si ça ne va pas, cette année ne serait pas perdue. Une fois les deux premiers mois passés, le rythme a été acquis.
Les premiers DS ont été moyens, et puis au cours de l’année ça a évolué, j’ai fini par être dans les meilleures notes et même par majorer l’année. Pour moi, le cadre idéal pour travailler est l’internat. Plusieurs raisons à cela : il y a de l’entraide, et pas de trajet quotidien qui pourrait fatiguer et influer sur la qualité du travail. En deuxième année, les concours se sont assez bien passés puisque j’obtiens la 20ème place sur liste d’attente à l’ENSAM, la 5ème à l’ENTPE, et je suis pris à l'Institut Supérieur de Mécanique de Paris (Supméca Paris). Je vais accepter d’intégrer cette dernière.
Outre les connaissances que l’on acquiert à travers les cours, la prépa apporte beaucoup de choses utiles au quotidien. Je pense notamment à la force morale, parce que je ne vais pas le cacher, moralement ce n’est pas toujours facile durant ces deux années ; je pense également à diverses capacités intellectuelles comme le raisonnement et la réflexion. Mon quotidien est devenu différent, ma façon de penser aussi.
Ma première année à Supméca vient de s’achever, au niveau résultats, en général, ça va. Le niveau des élèves venant de TSI n’est pas inférieur à celui des autres filières. Chacune apporte ses points forts ce qui fait que nous nous complétons tous. Avec le temps, cela s’homogénéise.
Pour finir, je tiens à remercier toute l’équipe pédagogique du Hainaut sans qui je ne serais pas arrivé là, et qui m’a beaucoup apporté.

Quentin Regnault, le 28 juin 2011
 
Lisez d'autres témoignages en sélection les boutons « Suivant » / « Précédent »